Charte de développement de l’aide alimentaire

Afin d’amplifier l’aide privée (représentant 60% de l’aide alimentaire distribuée par des associations et des CCAS/CIAS) en incitant ses contributeurs à la généraliser à travers le territoire national, de la structurer davantage (les initiatives sont encore diffuses), de la valoriser (l’aide est encore souvent méconnue) et afin de renforcer la complémentarité entre aide publique et aide privée, le ministre du logement en charge de la lutte contre l’exclusion a lancé un appel à partenariat en direction du secteur privé alimentaire.

Les fédérations, les industriels, les distributeurs, les producteurs, les collectivités locales (CCAS/CIAS) et les associations ont décidé de s’engager aux côtés du ministre dans un partenariat, formalisé par la Charte « pour le développement de l’aide alimentaire», signée le 18 mars 2009. Cette charte a pour objectif de faire progresser les coopérations mutuelles des différents acteurs du secteur.

Le partenariat se structure autour de 3 axes, eux-mêmes déclinés en plusieurs points ou objectifs sur lesquels s’engagent les partenaires :

L’approvisionnement

Les  dons financiers, dons en nature, promotions du don, garantie de réduction d’impôt égale à 60% des versements, respect des guides de bonne pratique, traçabilité et sécurité alimentaire, diffusion et promotion des appels d’offres du PEAD et du PNAA.

La distribution

Le stockage, transport, livraison, distribution et conservation des denrées, participation aux « bourses de fret », modernisation de la logistique… .

L’insertion

Le financement des programmes et des études, le mécénat, les ateliers, les chantiers et les entreprises d’insertion pour l’aide alimentaire, mettre en œuvre le PAI en tant que déclinaison du PNNS, faciliter le recours aux contrats aidés, mettre en place l’accueil, l’écoute et l’accompagnement des bénéficiaires de l’aide alimentaire, actions visant une alimentation équilibrée…